La MYNE : Manufacture des Idées et Nouvelles Expérimentation (ex. la Paillasse Saône)

Espace de liberté et d'expérimentation de projets citoyens innovants


Poster un commentaire

Les Taxis – ou ce qu’ils vont devenir – ont un bel avenir devant eux

Le taxi fait aujourd’hui beaucoup parler de lui, dans son combat contre les VTC, comme la société Über ou My-Cab. Est-ce vraiment le vacarme des syndicats défendant les taxis en dangers ou est-ce le bruit d’une révolution en cours ?

Nicolas Colin, dans son article qui n’a laissé personne indifférent, parle d’une bataille industrielle, celle d’une économie révolutionnée par le numérique. Cette révolution va faire émerger un Nouveau Taxi. L’incertitude que souligne Nicolas Colin est de savoir si ce Nouveau Taxi réussira à devenir une industrie numérique française. Une chose est certaine, un Nouveau Taxi va émerger de cette bataille. Et ce nouveau Taxi a de très beaux jours devant lui.

Le taxi a une part modale relativement faible. A l’intérieur de Paris moins d’1% des trajets sont réalisés en taxi pour 7% des trajets en voiture ; entre Paris et la petite couronne moins de 0,7% des trajets sont effectués en taxi pour 27% en voiture d’après l’INSEE pour 2008. Pour Lyon-Villeurbanne, l’Enquête Ménages déplacement de 2006 indique une part modale de 35% pour les voitures pour moins d’1% pour les taxis, la tendance est encore plus marquée pour le Grand Lyon.

La voiture reste très marquée dans nos habitudes car elle apporte un sentiment de fiabilité et de confort. Elle nous donne une impression de maîtrise. Tout d’abord, elle nous semble fiable. En maîtrisant soi-même l’itinéraire et la vitesse, le temps de trajet nous semble fiable. Mon horaire de départ est flexible et maîtrisé. Je n’ai pas à me soucier de la disponibilité de mon véhicule puisqu’il m’est personnel et m’attend devant chez moi. Ensuite elle m’assure un certain confort. Je choisis la radio, je passe mes coups de fil et surtout j’évite toute promiscuité.

La part modale du taxi reste faible mais a un potentiel de croissance très élevé. Ce potentiel tient à une mutation profonde de notre société, qui impacte la notion de propriété. Il ne s’agit plus d’être propriétaire de biens mais d’avoir un accès à ces biens. L’impact pour la voiture particulière est particulièrement important. Jeremy Rifkin rappelle à nouveau cette mutation dans son dernier ouvrage « The Zero Marginal Cost society » en précisant que l’usager cherche à se libérer des coûts fixes d’un véhicule personnel. Alors que la liberté était incarnée pour les générations précédentes par la voiture, elle ne l’est plus pour les nouvelles générations. Les jeunes passent moins spontanément le permis de conduire et parcourent moins de kilomètres. Aux Etats-Unis, grand pays du véhicule personnel, en 2008 46,3 % des conducteurs potentiels de 19 ans et moins avaient leur permis alors qu’en 1998, c’était 64,4%, d’après la Federal Highway Administration.

Cela se traduit par un report modal de la voiture personnelle vers un panachage de différents modes de transport. Ce panachage pourra être composé d’une alternance de train, bus, vélo et marche mais aussi d’une part de voiture individuelle. Cette dernière n’est néanmoins, plus obligatoirement personnelle. Elle prend la forme de covoiturage, de voiture en autopartage, qu’il soit peer-to-peer ou non et bien sûr, de taxi.

Néanmoins, pour que les gens abandonnent au moins en partie leur voiture personnelle et tout le confort qu’elle leur apporte, il faut leur assurer non seulement la contrepartie financière mais aussi un niveau de service équivalent. Les Nouveaux Taxis ou les VTC ont donc un bel avenir devant eux, à condition qu’ils se donnent les moyens d’offrir un vrai service client. Comment les Nouveaux Taxis doivent donc saisir le potentiel de croissance qui s’offre à eux ?

Tout d’abord, le Nouveau Taxi est fiable. Le taxi a tous les atouts pour offrir un plus haut taux de fiabilité que le véhicule personnel : voie dédiée pour assurer un temps de trajet constant, calcul d’itinéraire souvent mieux maîtrisé par l’expérience des taxis et exit les problèmes de stationnement.

Le Nouveau Taxi apporte un niveau de confort au moins équivalent au véhicule personnel. Il permet déjà d’utiliser les moyens de paiement courants et simples comme la carte bancaire. Ce que le VTC apporte aux taxis qui rechignent à s’équiper d’une machine à carte bancaire. Le Nouveau taxi apporte aussi un service de réservation ou de prise de véhicule rapide et fiable pour être en mesure de remplacer un aller-retour en voiture personnelle depuis la gare à l’heure de pointe ou un trajet en vélo sous la pluie.

Le Nouveau Taxi doit apporter, certes, du confort mais doit avoir l’ambition d’apporter du réconfort aux urbains. Ces petits plus vont convaincre les propriétaires de véhicule personnel de l’abandonner pour une combinaison de différents modes de transports et les urbains sans véhicule personnel, les convaincre de ne pas passer le cap d’un achat. Ces petits plus sont nombreux et forment le service client: choisir, comme dans mon véhicule personnel, sa station de radio; rejoindre un chauffeur souriant mais pas trop curieux ; mon nouveau taxi est bien chauffé, dès le départ…

Mon Nouveau Taxi sait me conseiller un fleuriste ouvert avant d’arriver à un diner.

SOURCES

Publicités